LA SOCIÉTÉ D'ORNITHOLOGIE

DE  LANAUDIÈRE

        ACCUEIL                                                                                                                     NOUS REJOINDRE

 SOS-POP

 

Suivi de l'Occupation des Stations de nidifications des Populations d'Oiseaux en Péril

Le SOS-POP est à la fois un fichier informatisé dans lequel sont consignés les relevés de terrain et un réseau de participants qui consacrent de leur temps à suivre les sites de nidification des oiseaux en péril. Pour l'année 2009, deux espèces ont retenu une attention particulière pour les membres de la SOL soit le Faucon pèlerin et le Martinet ramoneur. Les participants intéressés au suivi d'un site doivent identifier de façon visuelle ou auditive l'espèce recherchée. Afin de faciliter cette identification le responsable de SOS-POP du club d'ornithologie reçoit des cartes topographiques de Monsieur Pierre Fradette du Regroupement Québec Oiseaux sur laquelle figure un ou plusieurs localisations de sites à visiter. Il importe aussi au niveau de l'éthique de respecter les terrains privés et il est de mise de demander la permission au propriétaire pour circuler sur sa propriété. Pour consigner les résultats il est important de remplir les feuillets qui sont remis et une version électronique est aussi disponible pour être acheminé via Internet.

 

SUIVIS DE NIDIFICATION DU FAUCON PÈLERIN DANS LANAUDIÈRE.

Femelle à la carrière de l'Épiphanie 2007

 

SITUATION EN 2009

 

Cette espèce fait depuis plusieurs années l'attention d'un suivi particulier de la part de membres de la SOL. Compte tenu que le Faucon Pèlerin en milieu naturel privilégie les falaises ou les escarpements rocheux, trois carrières de Lanaudière ont donc été ciblées et ont fait l'objet de visites au cours de la période de nidification. 

 

Carrière Sintra Berthier : Ce site sous la supervision de Marcel Harnois fut un franc succès avec la présence très tôt des deux adultes sur le site et qui a résulté à une nidification de quatre fauconneaux, une première dans Lanaudière. Le comportement nuptial (parade et copulation), construction d'un nid, cri d'alarme, transport de nourriture, jeune en duvet, ont été perceptible et significatif tout au long de la période de nidification.

 

Carrière Sintra Saint-Jacques : C'est sous la supervision de Pierrette Gaudet qui nous a fait découvrir le potentiel de ce site pour une deuxième année. Dès le 15 mars les Pèlerins sont repérés à l'intérieur de la carrière transportant de la nourriture dans les serres. Le nid et son occupation se retrouve au même endroit qu'en 2008, il y a aussi présence des œufs qui ont éclot vers le 23 mai. La vue de deux jeunes en duvet laisse présager le meilleur mais malheureusement le nid est encore prédaté avec la présence suspecte de corbeaux.

 

Carrière de l'Épiphanie : Bernard Dugas s'est assuré encore de couvrir ce site où tout a commencé pour le suivi du Pèlerin il y a cinq ans déjà, avec la présence successive de nichées fructueuses et consécutives. La présence du couple fut observée à l'intérieur de la carrière le 27 avril. D'autres visites signalent la présence du couple dans son habitat lors de la période de nidification. Vers juillet et août le comportement agressif du couple lors de visites sur le site laisse présager la possibilité de nichée. Sans toutefois avoir repéré les jeunes fauconneaux ces comportements protecteurs et les cris d'alarme entendus nous laissent supposer leur présence.

Juvéniles à la carrière de Berthier - 2009

 

Faucon pèlerin, Carrière Sintra-St-Jacques 2008

Femelle à la carrière Sintra de Berthier

Mâle à la Carrière de l'Épiphanie

 

 

SITUATION EN 2010

 

La SOL collabore au projet «Conservation volontaire des Sites de Nidification du Faucon Pèlerin dans Lanaudière»,sous la coordination de la firme Dendroica Environnement et Faune dirigée par Carl Savignac. Six(6) sites de Lanaudière(5 Carrières et 1 site naturel) bénéficient d'autant de suivis visant à déterminer si le Faucon pèlerin aura niché en 2010.Les membres de la SOL ayant collaboré activement à ces suivis sont: Pierrette Gaudet,Marcel Harnois,Serge Dupré,Roger Turgeon,Luc Foisy,Serge Bonin et Bernard Dugas. Ces suivis se déroulèrent de avril à juillet; en voici le résumé sommaire...

 

Carrière Sintra/Berthier: Incubation débute vers le 20 avril, l'éclosion de 3 oeufs entre les 21 et 25 mai et envol de 3 jeunes.Site qui a donc produit 10 jeunes depuis 2008, toujours par le même couple de Pèlerins.

 

Carrière Sintra-St-Jacques: Présence du couple(probablement le même qu'aux années précédentes) le 17 mars. Incubation débute le 30 mars, première éclosion constatée au début mai et présence de 3 jeunes au nid le 29 mai. Prédation constatée le 2 juin; on s'interroge sur les motivations de ce couple à s'installer au même endroit malgré 3 prédations en autant d'années. On constate toutefois que le site offre très peu d'endroits propices à une nidification. Un nichoir artificiel a été installé en octobre espérant ainsi pallier à la situation.

 

Carrière de l'Épiphanie(Maskimo): Couple aperçu le 21 mars; la femelle est la même depuis 2005 et le mâle est bagué comme celui des années 2008-2009.Nid choisi dans une paroi déjà utilisée mais emplacement nouveau. Incubation débute vers le 4 avril dans un nid rapidement camouflé par de hautes herbes; on ignore donc le nb. d'oeufs de la couvée. Constat d'un jeune «seul» le 21 mai et qui le demeure car un seul jeune à l'envol est constaté le 6 juillet. Sa taille indique sans aucun doute qu'il s'agit d'une femelle.

 

Carrière Holcim (Joliette): Couple présent le 2 avril et comportement laissant supposer un nid à proximité. Incubation constatée les 16 avril et 16 mai, dernière date laissant présager une éclosion imminente. Constat le 4 juin de l'abandon du nid avec présence des adultes à l'extrémité du site et ne manifestant aucun geste parental. Hypothèse: œufs infertiles ?? Prédation du nid avant ou après éclosion..?? Difficile à dire...

 

Carrière Graymont (Joliette): Couple présent le 19 avril et incubation constatée le 23 avril. Constat le 14 mai de l'abandon du nid ; considérant le délai important entre nos visites à ce site, il est difficile de faire un hypothèse. Cependant, l'incubation ayant débutée au début ou mi-avril, la prédation du nid s'est probablement faite avant l'éclosion. A notre première visite, la relative accessibilité au nid y compris par un prédateur mammifère(renard,raton-laveur ou autres..) avait démontré la vulnérabilité de la nichée.

 

Montagne Coupée (St-Jean-de-Matha): Couple présent le 14 avril et plusieurs accouplements constatées entre cette date et le 5 mai. On remarque que la femelle est juvénile,que le mâle est plus gros qu'elle(situation jamais constaté chez des individus adultes). Plusieurs visites du mâle au nid potentiel, peu ou pas de gestes semblables de la femelle, aucune couvaison constaté. De toute évidence, aucune ponte à ce site. L'hypothèse d'une femelle «immature sexuellement» est retenue.

SITUATION EN 2011

Encore cette année, le Faucon pèlerin a retrouvé ses sites de nidification habituels dans plusieurs carrières de Lanaudière. Malgré une présence irrégulière des membres de la SOL sur chacun de ces sites de mars à juillet, le résumé des suivis effectués permet une lecture assez juste de la situation. Tels des «pèlerins tenaces», Marcel Harnois, Pierrette Gaudet et Bernard Dugas ont assuré patiemment ces suivis. Il importe de souligner ici la collaboration de quelques autres membres de la SOL et les précieuses observations d’employé(e)s oeuvrant sur ces sites.

 

Carrière Sintra/Berthier

Présence de 2 Faucons adultes à la mi-mars et les observations des jours suivants attestent que ce sont les mêmes individus qu’en 2010. L’incubation débute vers la mi-avril à l’emplacement habituel dans la paroi sud, à environ 250 mètres d’un nid de Corbeaux actif depuis plusieurs semaines. Éclosion des œufs vers le 20 juin et présence de 4 fauconneaux bien actifs au début juin. A la mi-juillet, on constate que ces 4 juvéniles sont prêts pour l’envol, le dernier à partir constituant ainsi le 14e fauconneau de la «lignée berthelaise» depuis 2008. Le site de Berthier est le plus prolifique de Lanaudière et probablement un des plus «performant» au Québec.

 

Carrière Sintra/Saint-Jacques

Présence du couple de Pèlerins le 13 mars 2011 et constat d’un accouplement. Le 20 mars, le couple est toujours présent au site et si le mâle se perche sur le nichoir artificiel (installé en octobre 2010), la femelle se pose plutôt sur la corniche des années précédentes. Leurs comportements dans le site témoignent qu’il s’agit probablement du couple habituel. Incubation constatée le 9 avril, sur le même nid des 3 dernières années et première éclosion vers le 14 mai. Présence de 2 jeunes en duvet à la fin mai; ils arborent du noir aux premières plumes du nouveau plumage juvénile le 5 juin. Absence de juvéniles au nid le 10 juin confirmant ainsi la prédation de la couvée pour une 4e année. On verra en 2012 si les adultes s’entêteront à nicher sur cette corniche qui, manifestement, ne fait pas des «enfants forts»..!!

 

Carrière Maskimo (L’Épiphanie)

Présence de 2 adultes le 13 mars; la femelle semble bien être celle des années précédentes et le mâle «bagué», comme en 2008 et 2010, laisse croire qu’il s’agit du même individu. Les «préliminaires» de nidification ayant perdurées avant que ne débute l’incubation dans la paroi ouest pourrait indiquer que le couple  a probablement débuté un nid dans une autre paroi avant de retenir cette dernière. L’incubation «définitive» n’avait toujours pas débuté le premier mai. L’emplacement du nid n’a jamais permis d’en voir l’intérieur, mais le 24 juillet nous constatons qu’il n’y a qu’un (1) juvénile à bord, en apparente bonne santé ! Fin juillet, aucune présence n’est constatée à proximité du nid témoignant d’un envol récent.

 

Carrière Holcim (Joliette)

En 2011, les Faucons de l’endroit «délaissent» la carrière pour s’installer ailleurs, en l’occurrence sur un ancien nid de Corbeaux (comme c’est souvent le cas pour les pèlerins) posé sur une passerelle métallique entourant un des silos de la compagnie. Le nid s’y trouvait à l’abri des intempéries mais pas à celui des observateurs ayant une vue «imprenable» de la couvée depuis l’intérieur du bâtiment. L’incubation de 4 œufs débute vers la mi-avril et la première éclosion vers le 12 mai. Trois (3) jeunes en apparente bonne forme à la fin mai, mais un œuf non-éclos. On constate la disparition d’un (1) des jeunes au début juin et si l’on ne peut exclure la prédation, il est possible qu’il est été transporté à l’extérieur du nid et/ou «servi» de nourriture. Le 4e œuf n’a jamais éclos demeurant sur le nid et y étant toujours à l’envol des 2 fauconneaux vers le 20 juin 2011. Leurs gestes «incertains» laissaient quelques doutes sur leur survie immédiate mais des travailleurs les ont vus dans la carrière au début juillet.

 

Carrière Graymont (Joliette) 

Première des 3 visites au site le 26 avril; nid dans la paroi sud avec femelle en train de couver. Le 20 mai, le comportement de la femelle sur le nid (dos arrondi et changement constant de position) laisse supposer une ou des éclosions à venir et/ou ayant eu lieu récemment. A la visite suivante (fin juin), constat que le nid est absent de toute vie et aucun pèlerin adulte n’est vu à l’intérieur de la carrière. Considérant le long délai entre les visites, il est difficile de confirmer la prédation de la couvée et/ou à quel moment elle aurait pu se produire. L’infertilité des œufs ne peut être exclu mais ces quelques 4 semaines nous apparaissent insuffisantes pour amener un ou des jeunes faucons à l’envol définitif. En conséquence, la conclusion la plus vraisemblable est celle d’une nichée non-complétée à ce site en 2011.

 

Montagne Coupée (Saint-Jean-de-Matha)

Aucun suivi n’a été effectué cette année à ce site naturel. Toutefois, un Faucon pèlerin a été vu et des cris typiques à cette espèce ont été entendus lors de visites effectuées en bordure du site en début d’année. Aucun autre élément témoignant d’une nidification n’a pu être observé

 

RÉSUMÉ DE L’ANNÉE 2011

 

Cinq (5) nichées de Faucons pèlerins dans autant de sites (carrières) de Lanaudière et 7 fauconneaux à l’envol. Un site (Berthier) se démarque grandement et la plupart des autres détiennent peut-être des facteurs pouvant expliquer les difficultés d’évolution de leurs nichées respectives. Chacun des sites présente des caractéristiques distinctes (hauteurs des parois, protection naturelle contre la prédation, etc.) qui pourraient expliquer la réussite et/ou l’échec de nidification. Ces sites (carrières) débutent leurs activités à des dates différentes et avec une intensité très variable d’un endroit à l’autre. Il devient «hasardeux» de déterminer les éléments importants pour expliquer la «performance» de chacun.

 

Après 4 années nous constatons cependant que les travaux «lourds» (dynamitage et concassage) au site le moins productif (4 nichées et autant de prédations) débutent à la mi-mars, se déroulent 24h/jour sur 5 ou 6 jours par semaine et se terminent généralement à la mi-mai. Le transport usuel de pierres se poursuit à partir de cette période et chaque année la majeure partie de ces travaux a lieu à proximité du nid. L’entêtement des Pèlerins à y établir leur nid annuellement demeure énigmatique.

 

En ce qui concerne le site le plus productif (14 fauconneaux en 4 années), les activités débutent la première semaine de mai et, selon nos informations, le volume de production de pierres serait le moins élevé des 5 sites.

 

Nous voulons souligner la grande collaboration de tous les propriétaires et employés des différents sites. Plusieurs d’entre eux démontrent un réel intérêt à l’évolution des nichées de pèlerins et n’hésitent pas à nous faire part de leurs observations.

 

Par Bernard Dugas, collaboration : Marcel Harnois

Société d’ornithologie de Lanaudière


SITUATION EN 2012

Rituel maintenant annuel, les Faucon pèlerins ont repris leurs sites de nidification, historiquement connus, dans 5 carrières de Lanaudière. Malgré un suivi moins soutenu à chacun des sites, la SOL est néanmoins en mesure d’établir un bilan sommaire de la saison à partir des observations de Marcel Harnois, Bernard Dugas et les témoignages du personnel de certains sites.

 

Carrière Sintra/Berthier 

Le 9 mars 2012, le couple de pèlerins est présent sur le site de Berthier. Il s’agit du même couple que les années précédentes. Le 18 avril, débute l’incubation sur le même site de nidification que par le passé; elle se prolongera jusqu’au 23 mai alors que débute l’éclosion. 3 jeunes fauconneaux prennent leur envol; un premier d’abord à compter du premier juillet, suivi des deux autres presque simultanément. Au total, au cours de ces 5 années consécutives - de 2008 à 2012 - 17 jeunes pèlerins ont pris leur envol à la carrière de Berthier.

 

Carrière Sintra/St-Jacques 

Présence constatée du mâle le 7 mars 2012 et du couple le 11 mars; premières copulations à cette période, la plupart à proximité du nid-2011 des Corbeaux dans la paroi ouest. Nouvelle femelle ayant des traits de la sous-espèce «tundrius», plusieurs photos en témoignant. Incubation débute à la mi-avril sur le nid-2011 du Corbeau, éclosion dans la 3e semaine de mai. 3 fauconneaux bien en évidence à la fin mai et 3 jeunes à l’envol à la fin juin. Manifestement la 5e année fut la bonne, aucune des couvées annuelles ne s’étant rendu à ce stade depuis 2008.

 

Carrière Maskimo (Épiphanie) 

Aucun suivi en début de saison; présence du couple constatée en avril et incubation. Nid dans la paroi nord exactement au même endroit qu’en 2010 et à proximité du nid de 2007. La femelle semble toujours la même qu’aux années précédentes et 2 jeunes sont toujours au nid le 18 juin avant de le quitter quelques jours plus tard. Depuis le début (2002) des suivis quoique irréguliers témoignent que 16 jeunes pèlerins ont pris l’envol de ce site.

 

Carrière Holcim (Joliette)

On constate la présence d’un couple dès la fin mars; même femelle, utilisation du même nid qu’en 2011 et l’incubation de 3 œufs débute en avril. Nidification abandonnée après environ 3 semaines, sans raison apparente, les adultes étant aperçus régulièrement près des bâtiments par la suite. La ponte de 2 nouveaux œufs est constatée 2 semaines plus tard mais la nidification s’arrête de nouveau en juin. Résultat : 5 œufs non-éclos.

 

Carrière Graymont (Joliette) 

A la mi-avril la couvaison a déjà débutée et les Pèlerins utilisent l’ancien nid de Corbeau (2011) dans la paroi sud. Cette même paroi, dans la partie nord-est du site, est d’ailleurs le seul endroit utilisé par les Corbeaux ou les Pèlerins pour nicher. Le 8 juin, plusieurs observateurs font le constat d’un nid abandonné et aucun adulte n’est vu lors d’une visite de plusieurs heures. Nidification non-complétée pour une 3e année consécutive.

 

Pont Charles-de-Gaulle (autoroute #40, Terrebonne) :

 

Note : Ce site de nidification est connu du MRNF depuis 2010 mais ce n’est qu’en 2012 que la SOL en fut informé. Vous retrouverez ci-dessous un court résumé des 3 dernières années à ce site qui devient donc le 7e dans Lanaudière où le Faucon pèlerin fréquente et/ou a déjà niché. On retiendra que 6 des sites se trouvent dans La Plaine de Lanaudière, tous de «création humaine».

 

2010 : Le 3 juin, adulte aperçu sous le pont affichant un comportement de protection, 2 adultes sont vus à la fin juin et le nid abandonné avec 2 œufs est trouvé en juillet. Le nid se trouve dans les caissons métalliques sous un joint de dilatation, sous le pont.

 

2011 : Des travaux de réfection n’empêchent pas une nidification en 2011. Deux fauconneaux âgés d’environ 2 semaines sont aperçus au début juin et on constate l’envol définitif en juillet. On remarque également que le mâle adulte porte une bague «couleur verte» à la patte gauche.

 

2012 : Première vérification en juillet et l’on y constate un adulte les 9 et 12 juillet. 2 adultes sont vus le 20 juillet. Aucun fauconneau n’a été aperçu cette année mais considérant la date tardive de la 1ère vérification, difficile de statuer sur une potentielle nidification

 

Montagne Coupée (St-Jean-de-Matha)

Seul site «dit naturel» dans Lanaudière où la présence de Faucons pèlerins a été remarquée en période de nidification depuis quelques années. Aucun suivi en 2012 mais un constat assez semblable à l’année précédente, à savoir «cris ressemblant à ceux du Pèlerin» entendus au printemps par des observateurs. Il serait sans doute intéressant d’effectuer un suivi serré/soutenu l’an prochain malgré les difficultés inhérentes au site (accessibilité difficile, visibilité restreinte, etc.).

 

Par Bernard Dugas, collaboration : Marcel Harnois

Société d’ornithologie de Lanaudière