www.atlas-oiseaux.qc.ca

 

 

 

 

 

Après quatre années de terrain, les participants de l’Atlas peuvent être fiers du travail accompli jusqu’à maintenant. Toutefois, plusieurs personnes inscrites tardent à verser des données au projet et nous les encourageons à saisir l’occasion de cette dernière saison pour passer à l’action! Vous êtes un nouveau participant? Consultez notre Guide simplifié, qui décrit une manière simple et utile de contribuer. Parmi les besoins immédiats, la nidification des hiboux reste peu documentée dans plusieurs régions du Québec. D’ailleurs, le Grand-duc d’Amérique, le Petit-duc maculé, la Chouette rayée et la Petite Nyctale se font déjà entendre! Pour vous aider à planifier vos sorties nocturnes, lisez cet article paru dans QuébecOiseaux. Par ailleurs, les hiboux ne sont pas les seuls à nicher tôt : le Pigeon biset peut le faire dès janvier, les becs-croisés dès février et le Roselin familier, le Pygargue à tête blanche et le Grand Corbeau, pour ne nommer que ces trois espèces, dès mars. Pour en savoir plus, consultez le calendrier de nidification et les cartes de répartition.

 

Pour toutes questions au niveau de l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec pour la région de Lanaudière, communiquez avec Raymond Piché (SOL) responsable régionale de l’Atlas dans Lanaudière et/ou Bernard Dugas assistant.

Responsable régional

 

Assistant

Raymond Piché
Région # 8-Lanaudière
Atlas des oiseaux nicheurs du Québec
Tél : (450) 754-4408
région08@atlas-oiseaux.qc.ca

picr@videotron.ca

 

Bernard Dugas

Région # 8-Lanaudière
Atlas des oiseaux nicheurs du Québec

Tél : (450) 839-3080

région08@atlas-oiseaux.qc.ca

 


 

Capsule Atlas - 1e partie - Avril 2014

Espèces à surveiller

Bécasse d'Amérique,

Buse à épaulettes,

Buse à queue rousse,

Autour des palombes,

Épervier de Cooper, 

Petite Nyctale,

Petit-duc maculé,

Chouette rayée,

Grand-duc d'Amérique,

Grand corbeau

 

Documents à consulter

 

Powerpoint 2007

(PDF-Adobe Acrobat-Reader)


 

Capsule Atlas - 2e partie - Mai 2014

Butor D'Amérique

Gallinule d'Amérique

Guifette noire

Marouette de Caroline

Râle de Virginie

Troglodyte des marais

Grande Aigrette

Martinet ramoneur

Moqueur polyglotte

Perdrix grise

 

Document à consulter

à partir du 10 mai

 

Powerpoint 2007

(PDF-Adobe Acrobat-Reader)


 

Capsule Atlas - 3e partie- Juin 2014

 

Document à consulter

(PDF-Adobe Acrobat-Reader)


 

La saison 2014 de l’Atlas a connu un bon départ, avec un nombre toujours croissant d’observations de chouettes et de hiboux. À ce sujet, saviez-vous que dans la plupart des régions du Québec, la mi-avril constitue une excellente période pour détecter nos deux nyctales, soit la Nyctale de Tengmalm et la Petite Nyctale?

La Nyctale de Tengmalm est une chouette boréale qui niche notamment en Abitibi, au Saguenay—Lac-Saint-Jean, dans Charlevoix, sur la Côte-Nord et en Gaspésie. Elle habite les forêts conifériennes boréales; par conséquent, peu de participants de l’Atlas ont l’occasion de la détecter au printemps. Ceux et celles qui habitent les régions mentionnées plus haut seront toutefois intéressés de savoir que la période où cette nyctale chante le plus se situe habituellement à la mi-avril : nous sommes donc en plein dedans!

En ce qui concerne la Petite Nyctale, les mâles chanteurs sont déjà en activité dans le sud du Québec alors que dans le Québec boréal, la période de nidification est décalée de 2 à 3 semaines. Par exemple, en Abitibi, le plus grand nombre de mentions de mâles chanteurs provient de la semaine du 23 avril, et la majorité des couples initient leur ponte dans la dernière semaine du mois.

Vous avez envie de partir à la recherche des nyctales? N’hésitez pas à contacter votre responsable régional pour lui en parler. Nous vous recommandons également la lecture de cet article paru dans QuébecOiseaux

 http://www.atlas-oiseaux.qc.ca/download/quebecoiseaux_printemps_2012.pdf.
En terminant, pour connaître tous les oiseaux qui nichent à une période précise de l’année, consultez le calendrier de nidification de l’Atlas (http://www.atlas-oiseaux.qc.ca/donneesqc/calendrier.jsp?lang=fr) puis, sur la page du calendrier, choisissez le mois désiré dans le menu déroulant.



Depuis la nuit des temps, l’homme a toujours été passionné par les oiseaux. Toutefois, ce n’est qu’à la Renaissance que les scientifiques ont réellement commencé à étudier leurs comportements migratoires et leurs mœurs. Depuis quelques décennies, l’ornithologie est devenue un loisir pratiqué par plusieurs millions d’êtres humains à travers le monde.

 

     Au Québec, à partir de la deuxième moitié du siècle dernier, une trentaine de clubs d’observateurs ont vu le jour et sont maintenant affiliés au Regroupement Québec Oiseaux, dont la Société d’Ornithologie de Lanaudière(SOL) fondée en 1983. Annuellement, une centaine de membres y sont actifs sans compter tous les amateurs qui observent les oiseaux aux mangeoires où dans les aménagements paysagers de leurs maisons.

 

Qu’est-ce qu’un Atlas ? 

     Un atlas d’oiseaux nicheurs est un recueil de cartes montrant la répartition des oiseaux qui se reproduisent sur un territoire donné. C’est, en fait, le résultat d’un travail qui consiste à effectuer des relevés systématiques sur le terrain afin de recueillir de nombreuses données sur les oiseaux durant la période de nidification, étape cruciale de leur cycle reproductif. Un atlas d’oiseaux nicheurs est assurément un outil indispensable pour la connaissance, le suivi et la conservation des populations d’oiseaux.

     Il existe déjà un atlas des oiseaux nicheurs du Québec, publié en 1995. Ce premier atlas est un ouvrage remarquable qui a contribué grandement à parfaire nos connaissances sur la situation et la répartition des oiseaux au Québec. A de nombreuses reprises, c’est  un ouvrage qui a servi à des fins de conservation, d’enseignement et de recherche.

     Vingt-cinq années se sont écoulées depuis le début de la campagne de terrain (1984-1989) ayant mené à ce premier atlas. Il est donc temps de mettre à jour les connaissances sur la répartition des oiseaux du Québec et de documenter les changements advenus dans leurs populations au cours des dernières décennies.

     À cause de l’immensité du territoire du Québec, il est impensable de réaliser un tel projet sans la participation de bénévoles pour la collecte des données sur le terrain. Collectivement, ces personnes consacreront  des dizaines de milliers d’heures à amasser de précieuses informations sur les oiseaux du Québec.

 

Qui peut participer au projet d’atlas ?

     Tous les observateurs d’oiseaux, débutants comme chevronnés, peuvent contribuer à l’atlas : il s’agit d’un projet accessible et ouvert à tous. Plusieurs outils et ressources aident les participants à simplifier sa participation au projet.

 

     Le site Web de l’atlas (www.atlas-oiseaux.qc.ca) donne toutes les informations requises et constitue le premier point d’entrée du projet durant les cinq années des relevés.

 

     Ce site permet entre autres de s’inscrire, de saisir et de soumettre ses données, de télécharger et d’imprimer toutes les ressources de l’atlas (ex. les cartes des régions et les parcelles ainsi que les formulaires), d’accéder à des outils interactifs et d’être informé sur l’avancement du projet.

 

     De plus, les participants trouveront sur ce site une page intitulée « Dendroïca » à partir de laquelle ils pourront accéder à un site Web dont l’objectif est d’aider les observateurs à apprendre les chants et les cris des oiseaux du Québec ou d’ailleurs en Amérique du Nord.

 

     Tous les participants reçoivent une trousse dans laquelle se trouve le Guide du participant  contenant les instructions et les explications leur permettant de participer au projet, depuis les préparatifs qui précèdent la collecte de données sur le terrain jusqu’à la saisie et l’envoi des données aux responsables de l’atlas. C’est un document important auquel les participants devront nécessairement se référer de façon régulière. De plus, les formulaires requis pour rapporter les observations font partie de cette trousse afin de permettre à ceux qui n’ont pas accès à Internet de participer quand même, via la poste.

 

     Aux fins de l’atlas, le Québec a été divisé en 47 régions qui ont, pour la plupart, un responsable attitré. Les responsables régionaux sont des personnes ressources qui planifient le travail et fournissent l’information et le soutien aux bénévoles qui participent au projet.

 

     Je suis le responsable pour Lanaudière, n’hésitez pas à me contacter pour toutes informations.

 

     Vous trouverez mes coordonnées sous la rubrique (Responsables régionaux) du site de l’atlas.

 

     Le Québec a été divisé en parcelles de 10 Km par 10 Km et Lanaudière en contient 110. Le  responsable régional est en mesure de fournir des détails utiles sur le déroulement du projet et de suggérer des moyens de participer en tenant compte des compétences et du temps dont disposent. Il peut également diriger les participants vers des parcelles qui ne sont pas encore couvertes.

 

     L’année 2010 marque le début des relevés du deuxième atlas des oiseaux nicheurs du Québec.

 

     C’est avec fébrilité que je vous incite à participer à ce grand projet. Nos oiseaux font partie de notre environnement. Par la fluctuation de leur population, ils sont souvent les premiers à nous indiquer un malaise dans notre milieu de vie. J’ai la certitude que toute personne qui s’impliquera dans ce projet, aura la conviction d’avoir contribuer au mieux être de son environnement. 

 

Raymond Piché

Responsable de l’atlas pour Lanaudière.